La mondialisation ne sera pas le paradis pour tous, mais l’enfer pour chacun. Ce système est un fascisme mondial en formation. Il gère par la peur, la désinformation, les pénuries planifiées, les compétitions déloyales, les spoliations de masse, la corruption, la calomnie, la guerre, et même par du « terrorisme organisé ». Il nous ramène aux âges féodaux les plus sombres de l’asservissement des peuples. La démocratie ou la liberté d’expression ne seront bientôt que de lointains souvenirs. La destruction méthodique des nations, des cultures, de l’histoire, de l’instruction, des familles, des mœurs, des valeurs morales séculaires; présenté comme des avancées progressistes et fraternelles, sont autant de moyens visant à l’émergence d’une population uniformisée, inculte, amnésique, jouisseuse, sans morale, et docile, au service d’une « petite classe mondiale ». Le travail sera pour eux toujours trop cher, tant que l’on aura pas rétabli l’esclavage. La solidarité et la retraite seront des coûts à reporter sur les familles. Les médicaments seront le prix à payer pour survivre aux maladies chroniques qu’ils nous auront inoculé. Les peuples seront responsable des dettes de leurs seigneurs. Comble du cynisme: ils voteront pour désigner leurs maîtres ! Quant à la morale, ces sociopathes planétaires doivent penser qu’il s’agit là d’une faiblesse typique des petites gens, du « troupeau des sans dents ». Voilà contre quoi nous luttons et la raison d’être de ce website. Nous dénoncerons autant les mensonges que nous tenterons de rétablir des vérités démontrées.
 .
 . . .

Une nation libre est Démocrate et Patriote

Le patriotisme est un idéal tout à fait moderne, constitué autant de fierté que de protection envers une culture à laquelle on s’identifie. Une culture c’est une langue, une histoire et une communauté de valeurs. Ainsi, tout homme devrait être fier de sa culture, de son peuple, de ses aïeux, et de sa Nation L’amour de sa patrie et donc de sa culture, implique aussi le respect absolu de celles d’autrui.

.

L’islamisation de l’Europe, par exemple, est une politique toute aussi néfaste que l’Américanisation des pays musulmans ou la « mexicanisation » des USA. Dans les deux cas, ce n’est pas le bonheur qui est au rendez-vous, mais la misère et l’exploitation de l’humain.

.

En aucun cas le patriotisme ne doit être confondu avec le nationalisme, tenté par le repli identitaire, ni avec le fascisme, qui considère sa vision si bénéfique, qu’il l’impose aux autres par la violence et la discrimination.

.

Le patriotisme ne peut aucunement s’accommoder de dictatures, même intellectuelles, comme celles de « la pensée unique », de la « théorie du genre », ou encore du « marché global de tout et partout », conçu pour favoriser la concurrence déloyale et le dumping social.

.

Etre patriote c’est protéger sa culture, et son identité, tout en s’ouvrant à celles d’autrui. Etre patriote, c’est transmettre l’héritage reçu, en y ajoutant un peu plus « d’avenir » pour nos enfants.

La « mondialisation » poursuit des buts mortifères

.

monde

.

  • Briser toutes les cultures, pour briser les solidarités entre les hommes, et abattre les frontières qui en réalité sont des protections économiques et politiques pour les peuples
  • Créer un homme nouveau et uniforme dans son apparence, sa culture réduite à l’essentiel, sa docilité, son absence de courage individuel, son absence de compassion envers autrui, sa langue unique, ses ambitions convenues ou « prédestinées », et enfin son matérialisme égocentrique et jouisseur… bref: un robot universel !
  • Réprimer des opinions individuelles et le libre arbitre, substituées par la « pensée unique », le « globish », et le « politiquement correct »,  faute d’être « mis au banc » des communautés.
  • L’hyper spécialisation des nations afin de les rendre interdépendantes les unes des autres, et les empêcher ainsi de conserver leur auto-suffisance
  • La mise en esclavage consentie de l’humanité, gigantesque prison sans barreaux, par le dumping social, c’est à dire de l’emploi à ceux qui accepteront les salaires les plus bas, et ceci, afin de faire fonctionner des entreprises en mode « concurrence déloyale » entre elles. Tout ceci, au moyen de fausses promesses et d’espérances illusoires.
  • La pollution volontaire de la nature, afin que d’ici 100 ans, nul ne puisse s’y abriter et s’en nourrir. De la sorte, personne ne pourra plus échapper au « système » s’il veut survivre. Dans une cinquantaine d’années, l’air propre sera peut-être commercialisé dans les bureaux et les résidences.
  • L’avènement d’une élite oligarchique, servie par un océan d’esclaves « consentants », et relayée par une poignée de rêveurs, persuadés qu’ils en obtiendront reconnaissance
  • La marchandisation généralisée, y compris du vivant. Les gènes seront brevetés, les ventres seront à louer, … à quand la grande « bourse aux âmes » ?
  • La création de maladies chroniques pour ouvrir des marchés colossaux de malades aux traitements longuement récurrents. Cynique mais vrais !
  • Le « droit à l’oubli« , ou comment détruire « légalement » notre histoire et nos archives historiques.
  • ETC . . .

Où est-il donc passé, cet humain qui préférait mourir libre, plutôt que de vivre en servitude ?

Quelques techniques de manipulations des masses

.

  • La satisfaction des besoins immédiats et la promotion de la facilité
  • L’imposture institutionnalisée, laissant croire que l’on peut « savoir sans apprendre » et « mériter sans avoir édifié »
  • La disparition des monnaies-valeur et leur confiscation au profit d’une petite oligarchie apatride
  • La guerre et la confusion des sexes, en un conflit et revendications artificielles, pour éviter que leur complémentarité naturelle ne les unissent
  • Créer des dettes totalement artificielles pour culpabiliser les peuples de les avoir générées, et les écraser pour leur remboursement
  • Gérer la pénurie comme moyen de gouvernance et de docilité du moins offrant vis à vis des moins prenant
  • le contrôle des pensées, par le cloisonnement médiatique, la diffusion d’ « insignifiances », aux fins de propagande comme de formatage des esprits, lesquels sont en outre empêchés de penser, du fait du « stress ambiant » volontairement généré.
  • Les fausses statistiques d’opinions afin de la manipuler, y compris lors des scrutins.
  • L’école de la non-transmission des savoirs et du formatage des « jeunesses du système », futur citoyen docile.
  • La peur comme autre moyen de gouverner les masses, par la déstabilisation programmée des Nations et la fabrication d’un terrorisme mondial artificiel
  • ETC . . .

 

formattage

 

Laisserons-nous nos enfants devenir de véritables zombies dotés de puces de contrôle ? Des êtres « bioniques », contrôlés par un système devenu totalement inhumain ?

Photo par courtoisie du site de Andréa Manuguerra, coatch et hypnothérapeuthe