Fillon: Tout est dit ici

L’infini à la mode

infini

 

Sur internet, une nouvelle mode se fait jour: Les calculs sur l’infini. Ainsi, voit-on des démonstrations telles que la somme: 1+2+4+8+16 … jusqu’à l’infini serait théoriquement et rigoureusement égale à -1  !?

En premier lieu,  il serait peut-être logique de douter éventuellement des axiomes fondateurs de nos raisonnements, plutôt que de faire cadre la réalité aux thèses « reconnues officiellement », quitte à penser de manière « auto-confusante ».

En second lieu, les calculs sur l’infini sont peut-être aussi la démonstration d’un malaise social et intellectuel, aux prises avec une réalité où le bon sens et la morale de notre monde fini, devient de plus en plus anxiogène.

En troisième lieu, un raisonnement concernant l’infini est aussi peu démontrable que les univers parallèles. Il est alors assez aisé de « briller » au moindre risque.

En quatrième lieu. Comment peut-on ne pas comprendre que l’infini est avant tout « indéfini », et réaliser qu’un calcul intégrant l’infini est non seulement la pirouette arrogante laissant entendre que l’on a parfaitement compris ce qui dépasse notre entendement, et que de ce fait, cela reviendrai à dire que 1+x = y … et que nous connaissons de ce fait la valeur de y !

Pour conclure sur cette question, apparemment plus importante que de résoudre la faim, la misère et la maladie en ce monde, on peut aussi démontrer, avec le référentiel adapté et « tordu » si possible, qu’un navet + un poireau = 2 carottes, que des droites parallèles finissent par se rejoindre à l’infini, et qu’un rat peut comprendre la mécanique quantique s’il regarde le tableau du chercheur avec suffisamment d’attention.

L’arrogance de l’homme n’a pas de limites et celui-ci ferait bien de se souvenir de concepts tels que « la caverne de Platon », le « paradoxe de Socrate », ou encore celui de la « flèche de Zénon », ayant pensé subtilement, il y a plus de 2 millénaires de cela, et qui devrait pousser tout intellectuel à bien plus d’humilité et de modestie. Pascal avait d’ailleurs répondu à l’un de ses élèves qui le questionnait sur la question de l’infini, que rien ne lui permettait de trouver un exemple pouvant se rapprocher de ce concept… si ce n’est la bêtise humaine !

Phi-Europe

Le discours présidentiel de Marine Le Pen

On peut, comme moi, ne pas être une inconditionnelle de Marine Le Pen ; on est même libre de la vouer aux gémonies. Mais on ne peut lui dénier une prestance qui fait défaut à beaucoup de nos hommes politiques.
Écoutez son allocution consécutive aux attentats du 13 novembre. En trois minutes, tout est dit. Chaque mot est pesé, et lourd de sous-entendus. Avec une gravité de circonstance, elle remet François Hollande à sa place : celle d’un homme « normal » qui n’a pas la carrure d’un chef d’État. Je retiendrai trois exemples.

« Le président de la République a annoncé […] le contrôle temporaire aux frontières. C’est bien. Mais, quoi qu’en dise l’Union européenne, il est indispensable que la France retrouve la maîtrise de ses frontières nationales, définitivement. » Derrière l’éloge apparent, le blâme est évident. Dans le laconisme de ce « c’est bien » perce le ton de l’enseignant tout ensemble satisfait et exaspéré. Marine Le Pen, un tantinet goguenarde, se félicite que l’élève François ait enfin compris qu’il ne pourra résoudre ce problème sans appliquer la méthode qu’elle préconise depuis longtemps. Mais elle dénonce aussi l’insuffisance des progrès accomplis, et la soumission de Hollande à l’Europe, qui a rendu possible cette horreur.

« La France et les Français ne sont plus en sécurité, mon devoir est de vous le dire. » Madame Le Pen a évidemment le droit de s’exprimer, quoi qu’en pensent certains. Mais pourquoi en aurait-elle le « devoir », sinon parce que celui à qui incombe le devoir de révéler cette douloureuse vérité aux Français ne l’a pas fait ? Certes, il est difficile pour M. Hollande d’avouer que sa politique a compromis notre sécurité. Mais son silence, qu’il s’explique par l’aveuglement idéologique, la peur de déplaire à l’opinion ou l’illusion qu’il pourrait ainsi préserver la paix sociale, n’en demeure pas moins coupable.

« La France pleure ses morts, et je pleure avec elle. » L’expression de la compassion est, certes, un passage obligé, mais celle de Marine Le Pen est sans doute aussi sincère que celle de tout un chacun. Plus intéressante est la résonance, ici, du mot « France ». Dans les vœux que François Hollande adressait au peuple français le 31 décembre dernier, la lourdeur de l’anaphore (« La France, elle… ») peinait à masquer la vacuité du propos. La France semblait n’être qu’une coquille vide, un artifice rhétorique. Marine Le Pen, elle, affirme qu’au-delà de l’émotion et du chagrin personnels, chaque Français doit, en tant que Français, pleurer la mort de Français tués par des ennemis de la France. C’est cela, la nation. Et il est temps de redonner à ce mot tout son sens, à cette notion toute sa réalité car, rappelle Marine Le Pen, « nous vivons une tragédie nationale ».

La formule « Moi président » est devenue réalité pour François Hollande. Pour Marine Le Pen, c’est un futur très hypothétique. Mais elle s’est au moins montrée capable de tenir un discours de chef d’État, ce que le Président en titre n’a encore jamais su faire.

Christine Célérier

Allocution de Marine le Pen:

 

 

 

.

Jeunes patriotes, levez-vous !

phdevilliersAvec son dernier livre « le moment est venu de dire ce que j’ai vu« , philippe de Villiers brosse un tableau sans complaisance d’un pays qui se meurt à cause d’une classe politique sans idéaux, des politiciens corrompus et esclaves de lobbies. Ce livre est à la fois un audit sans concession de la réalité de notre pays, une nostalgie de ce que fut la France millénaire dans ses grandeurs, mais aussi une espérance pour les générations à venir. Philippe de Villiers nous montre très clairement qu’une guerre planétaire est à l’oeuvre: la marchandisation du tout (droite), alliée à la dissolution des identités, des valeurs morales, et des droits naturels (Gauche), formant entre eux l’union sacrée contre les nations, leurs peuples et cultures spécifiques. Philippe de Villiers s’affiche clairement comme dissident, pas par calcul marketing, mais avec une sincérité du coeur qui ne laissera aucun lecteur indifférent.

2017 dernière chance à l’ouest

 

Relisons attentivement ce discours de Donald Trump, et comprenons bien que ce qu’il dénonce est mondial… et donc Français aussi. Seule Marine le PEN est juridiquement propre, professionnellement apte, et vierge de tout passé gouvernemental ….

Pensons-y bien et ne nous laissons pas enfumer par ces « primaires » de droite et de gauche, qui sont privées, et ne sont qu’une infâmie faite à la démocratie, en monopolisant les médias publics au service de faux choix présentés par le système « établi » des « crapules associées ». De pseudo-débats d’idées où chacun lit un « script » préétabli. Petit rappel de notre démocratie :

  • Un système qui nous dit « face je gagne, pile tu perds »,
  • Un système où les profits vont dans les poches d’une petite mafia financière apatride, et où les pertes sont présentées au peuple comme une « crise » : Un casino où vous empochez les gains et où les pertes sont pour l’épicier d’en face!
  • Un système pseudo-démocratique est en fait une alliance criminelle, et dans tous les domaines, contre l’identité et la liberté des peuples, que Valls entre autres, considère comme trop bête pour décider seul et devant ainsi être « éclairé » (c’est de la lumière noire probablement) !
  • Un système qui refuse ou viole les référendums populaires,
  • Un système qui achète de vrais patrimoines avec de la fausse monnaie, adossée à aucune valeur,
  • Un système qui déclenche des guerres locales pour s’enrichir et tenté par une guerre mondiale pour échapper à ses dettes
  • Un système qui libère les égorgeurs de prêtres, les violeurs, les agresseurs de personnes âgées… mais qui emprisonne les manifestants pacifiques et les défenseurs des droits humains et familiaux.
  • Un système qui ment en permanence à la face du monde et qui prétend que la Crimée a été « annexée », alors que son peuple a toujours été Russe et qu’il a demandé son rattachement
  • Un système qui traite le Président syrien de « bachar », comme si lui-même se permettait de dire « Barack » ou de « François » …
  • Un système où un certain Fabius parle de al nostra, organisation terroriste, comme « faisant du bon boulot », et aurait espéré que Mr Assad ne soit pas sur cette terre … sans parler de son pote BHL et du dîner du Crif, devenu passage obligé pour tous politicien véreux souhaitant être adoubé
  • Un système où le parti patriote est traité « d’extrême droite », là où les partis de gouvernement se permettent de détruire la Libye, sans aucun mandat des Français, ni même de ‘ONU (Guerre humanitaire.. parait-il ! )
  • Un système où les médias se sont propagandiste d’un camp, plutôt que d’opter pour la neutralité journalistique
  • Un système qui ne parle que de pédophilie des prêtres catholiques, sans aborder celle de rabbins ou d’imams
  • Un système amoral qui vote des lois fiscales confiscatoire pour les français, qui nous impose une immigration forcée, et ouvre grand ses caisses aux clandestins sous formes d’allocation d’asile, puis d’aide au maintient grâce à des relais associatifs anti-Français, d’aide médicale d’état, et même de primes « au retour » associées à des financements pouvant aller jusqu’à 10.000 Euros, pour les aider à se réinstaller une fois chez eux (avant qu’ils ne reviennent)
  • Un système qui propose des retraites pour les parents d’immigrés, fraîchement établis, et n’ayant jamais cotisé le moindre sou en France, alors même que nos vieux paysans se pendent de désespoir dans leurs campagnes ?
  • Un système où même les policiers manifestent pour que justice soit rendue à ceux des leurs qui sont agressés et tués, alors que l’état et les juges traitent ces agresseurs de « mineurs sauvageons », policiers qui en arrivent même à se suicider avec leurs armes de service.
  • Un système qui apparemment se comporte comme s’il était en réalité le « parrain suprême », ce qui expliquerait très bien pourquoi « il ne peut arrêter les trafics de quartiers hors la loi »
  • Un système qui ne peut vendre ses mistral aux Russes qui les ont payés, mais vends des armes aux mercenaires de Daech.. via le qatar et l’arabie saoudite … Deux états de pestilence morale !

Bref …. nous sommes maintenant arrivés à un carrefour de l’histoire: la liberté réelle ou l’esclavage plus ou moins consenti !

Se prononcer pour sa patrie, c’est aussi protéger toutes les autres nations, Peuples et identités du monde, Seules les patries sont les garantes d’une réelle diversité et non de cette « diversité médiatique » qui en réalité uniformise les comportements, formate les esprits, s’oppose à toute indépendance intellectuelle, détruit l’histoire, enseigne le sexe à l’école, promeut l’avortement plutôt que le famille….et tue ainsi progressivement la civilisation Européenne, blanche et Chrétienne, d’origine celto-romaine… Une destruction moins violente mais tout aussi déterminée que celle des peuples amérindiens, il y a quelques siècles !

C’est la dernière chance pour les peuples, avant que nous ne soyons tous porteurs d’une puce et ne pouvant plus survivre hors de ce système anti-humain. Jamais le contexte n’aura été aussi favorable pour les peuples, contre cette « élite » féodale. Le brexit, Trump, demain l’autriche, la Hongrie et peut-être l’Allemagne d’après Merkel.

La France, berceau des droits humains et de la liberté, doit elle même reprendre son destin en main.

Phi-Europe   

Paroles de militaires

Décembre 2013, général Soubelet, numéro trois de la gendarmerie : « Les auteurs d’atteintes aux biens bénéficient d’un traitement pénal qui leur permet de continuer d’exercer leur activité… On prend davantage soin des auteurs d’infractions que des victimes… Les arrestations entre 2013 et 2014 ont augmenté de 4 %, tandis que les incarcérations dans la même période ont diminué de 33 %… La réponse “collective” (comprendre “la réponse pénale”) est totalement en décalage par rapport à la réalité que vivent les citoyens français. » Pour ce crime de lèse-Taubira, le général a été placardisé.

Juillet 2013, général (2s) Albaladejo, ancien officier de la Légion étrangère : « Admettre que les islamistes ont déclaré la guerre à l’Occident, avec la France en première ligne, et se persuader que cette guerre ne se fera pas sans mort, sans prise d’otages… Cesser de reculer devant les exigences croissantes de ces extrémistes qui, en affaiblissant notre culture et en imposant la leur, cherchent à tester et à saper notre esprit de résistance… Agir en portant le fer là où apparaît un furoncle : une immigration débridée, ça se contrôle ; des barbus, des imams ou des rappeurs qui appellent à la guerre sainte, à la haine et au crime, ça se sanctionne ; des quartiers qui caillassent les représentants de l’État, ça se neutralise ; des écoles coraniques qui forment les djihadistes de demain, ça se ferme ; des clandestins, ça s’expulse, surtout les délinquants. »

Novembre 2015, général (2s) Pinatel, ancien directeur du SIRPA (Service d’information des armées) : « Nous avons laissé s’implanter en France le radicalisme des salafistes et des Frères musulmans dont les imams distillent la haine dans près d’une centaine de mosquées… Dans un pays qui produit 2.000 milliards d’euros de richesse chaque année, moins de 50 sont prélevés pour assurer la défense de la France… Nous allons faire face, dans les années à venir, à des attentats sur notre sol qui seront liés directement à la politique partisane et irresponsable menée par notre gouvernement au Moyen-Orient et en Asie centrale… Notre politique pénale apparaît totalement inadaptée alors même que le lien entre la petite criminalité et le terrorisme est souligné par tous les experts. »

Novembre 2015, général (2s) Desportes, ancien directeur du Collège interarmées de défense, professeur associé à Science Po : « Il faudra prendre des mesures qu’on a trop tardé à prendre et qui demandent de la clarté sur le plan politique, qu’il s’agisse du contrôle aux frontières ou de la politique envers les communautés. Sur ces sujets, il convient de sortir du politiquement correct pour entrer dans le stratégiquement nécessaire… Notre défense n’est plus à la hauteur des ambitions de la France et des menaces… L’État-providence a mangé l’État régalien… Les attentats du 13 novembre traduisent l’échec très net des missions régaliennes de l’État… Pour gagner, il faut une stratégie. Or, aujourd’hui, il n’y a pas de stratégie globale ! Personne ne sait exactement ce que l’on veut faire. »
Sans commentaire, et avec toutes mes excuses aux nombreux militaires qui n’ont pas pu trouver place dans cette courte rubrique.

Yannik Chauvin

 

 

Complément de la rédaction de Phi-Europe :

Général (2s) Didier TAUZIN

 

Général (2s) Antoine Martinez

Lettre ouverte à François Hollande

 

 

 

Il arrive que certains films nous apportent un peu de lucidité !

Le Président, avec Jean Gabin en 1961

Scène 1:

Scène 2

Will Hunting, avec Matt Damon en 1998

Rampage 2, avec Brendan Fletcher en 2014