La « démocratie divine » (USA): Le génocide des Amérindiens

 

 

Ils étaient de 2 à 7 millions avant l’arrivée des colons européens. Au début du XXe siècle, les Amérindiens n’étaient plus que 300 000. De guerres inégales en massacres répétés, sans parler des maladies, les autochtones ont du payer un lourd tribu aux nouveaux arrivants venus leur apporter la « civilisation ».  Ces petits peuples, qui les avaient pourtant accueillis et aidés au début (thanks giving), ont eu pour seule remerciement « Chrétien »: leur extermination. Mais ces petits peuples avaient choisi de mourir libre que de vivre en esclavage. Honneur à eux.

Face aux USA, tous les peuples de la planète, qui ne se soumettent pas, subiront le sort des Amérindiens: L’extermination. Lorsque nous étudions les agressions américaines: Corée, Vietnam, Afghanistan, Irak, Lybie, Ukraine Etc …. Nous ne pouvons que le constater. Ils utilisent toujours les même prétexte, similaire aux sionistes, la « Démocratie », le « Civilisation », le « droit divin ». Ils utilisent aussi les mêmes méthodes: Signer des traités pour mieux les dénoncer un peu plus tard, bref, un comportement sournois et inhumain !

(suite…)

Complicité passive de génocide

terre barbellée

Personne n’est obligé de vaincre le mal, mais tout homme a le devoir moral de le combattre. En effet, est autant criminel celui qui laisse faire un crime, que celui qui le commet. Ainsi, « le bruit des bottes est quelquefois moins inquiétant que le silence des pantoufles »

Un homme dont la famille faisait partie de l’aristocratie allemande, avant la seconde guerre mondiale, possédait un certain nombre de grandes usines et de propriétés. Quand on lui demandait combien d’allemands étaient de véritables nazis, il faisait une réponse qui peut guider notre attitude au regard du fanatisme.

Peu de gens sont de vrais nazis, disait-il, mais nombreux sont ceux qui se réjouissent du retour de la fierté allemande, et encore plus nombreux ceux qui sont trop occupés pour y faire attention. J’étais l’un de ceux qui pensaient simplement que les nazis étaient une bande de cinglés. Aussi la majorité se contenta-t-elle de regarder et de laisser faire. Soudain, avant que nous ayons pu réaliser, ils nous possédaient, nous avions perdu toute liberté de manœuvre et la fin du monde était arrivée. Ma famille perdit tout, je terminai dans un camp de concentration et les alliés détruisirent mes usines.

  • La Russie communiste était composée de russes qui voulaient tout simplement vivre en paix, bien que les communistes russes aient été responsables du meurtre d’environ vingt millions de personnes. La majorité pacifique n’était pas concernée.
  • L’immense population chinoise était, elle aussi, pacifique, mais les communistes chinois réussirent à tuer le nombre stupéfiant de soixante-dix millions de personnes.
  • Le japonais moyen, avant la deuxième guerre mondiale, n’était pas un belliciste sadique. Le Japon, cependant, jalonna sa route, à travers l’Asie du sud-est, de meurtres et de carnages dans une orgie de tueries incluant l’abattage systématique de douze millions de civils chinois, tués, pour la plupart, à coups d’épée, de pelle ou de baïonnette.
  • Le cambodgien, ou Khmer traditionnel, est un peuple accueillant et pacifique…. il s’est réveillé un jour avec Pol-Pot et un régime qui lui aura coûté plus de deux millions de civils.
  • Et qui peut oublier le Rwanda qui s’effondra dans une boucherie. N’aurait-on pu dire que la majorité des Rwandais était pour la Paix et l’Amour ?
  • Sans oublier naturellement les génocides Arméniens, Indiens nord-américains et sud-Américains … Etc ..

Les leçons de l’Histoire sont souvent incroyablement simples et brutales, cependant, malgré toutes nos facultés de raisonnement, nous passons souvent à côté des choses les plus élémentaires et les moins compliquées : les musulmans pacifiques sont devenus inconséquents par leur silence.

Aujourd’hui, des experts et des têtes bien pensantes, ne cessent de nous répéter que l’Islam est la religion de la paix, et que la vaste majorité des musulmans ne désire que vivre en paix. Bien que cette affirmation gratuite puisse être vraie, elle est totalement infondée. C’est une baudruche dénuée de sens, destinée à nous réconforter, et, en quelque sorte, à diminuer le spectre du fanatisme qui envahit la Terre au nom de l’Islam.

Le fait est que les fanatiques gouvernent l’Islam, actuellement.

  • Ce sont les fanatiques qui paradent.
  • Ce sont les fanatiques qui financent chacun des cinquante conflits armés de par le monde.
  • Ce sont des fanatiques qui assassinent systématiquement les chrétiens ou des groupes tribaux à travers toute l’Afrique et mettent peu à peu la main sur le continent entier, à travers une vague islamique.
  • Ce sont les fanatiques qui posent des bombes, décapitent, massacrent ou commettent les crimes d’honneur.
  • Ce sont les fanatiques qui prennent le contrôle des mosquées, l’une après l’autre.
  • Ce sont les fanatiques qui prêchent avec zèle la lapidation et la pendaison des victimes de viol et des homosexuels.
  • La réalité, brutale et quantifiable, est que la majorité pacifique, la majorité silencieuse y est étrangère et se terre.

Les musulmans pacifiques deviendront nos ennemis s’ils ne réagissent pas, parce que, comme mon ami allemand, ils s’éveilleront un jour pour constater qu’ils sont la proie des fanatiques et que la fin de leur monde aura commencé.

(suite…)

Le véritable secret des pyramides

Le sionisme est-il en réalité un racisme sectaro-religieux ?

La question peut sembler surprenante, mais doit être néanmoins posée. Cet article ne vise pas les Juifs en tant que personnes, ni le judaïsme en tant que foi; mais la doctrine sectaro-interprétative des élites qui les gouvernent depuis toujours. La « communauté » agit ainsi de manière répressive sur ses membres, bien plus encore que vis à vis des « non-Juifs ». Imaginons le cas suivant : Une mère Juive accouche d’un enfant, puis, dicté par des considérations humaines, elle décide d’adopter un enfant « Goy ». Elle donne à ses deux enfants « de cœur », la même éducation religieuse, culturelle et sociale. Elle ne fait aucune différence entre eux, dans son cœur. Néanmoins, et dans ce cas là, la communauté Juive considèrera l’enfant de sang comme Juif, et l’enfant « Goy », aura tout au plus une sorte de statut de « converti non juif » (paradoxe évident). Il ne sera jamais considéré comme Juif, excepté une ou deux exceptions par millénaire, et qui permettent à cette communauté de ne pas être considérée comme raciste et sectaire ! Il est en principe possible d’être reconnu comme Juif, par la communauté, en étant Goy d’origine. Mais cela revient en fait à demander d’aller se recueillir, à pied, sur une basilique Martienne, et d’en revenir avec le nom et adresse de leurs habitants : autant dire que c’est en pratique totalement impossible !

La reconnaissance d’un statut « par le sang », et non par le fruit d’une adhésion volontaire de l’être, s’appelle purement et simplement du racisme ! Les juifs subissent donc une sorte de « racisme de retour », après en être, la plupart du temps, la cause première. Ils sont donc, même sans en avoir conscience, racistes de par leur religion, car les premiers à ne pas accepter autrui dans leur communauté. C’est ainsi que pour masquer ce « racisme de leur part », ils ne cessent de gémir, de commémorer, en se faisant passer pour d’éternelles victimes ! Comme si ce peuple avait l’exclusivité de la souffrance humaine ! Ainsi, pour les plus radicaux d’entre eux, ils ne peuvent être que « victimes ou maîtres », l’un conduisant à l’autre, et vice-versa, dans une sorte de cercle vicieux autant infernal qu’illusoire ! (suite…)

La mafia sioniste internationale, corruptrice et perverse !

 

La propagande mondiale des organisations sionistes est devenue de nos jours proprement insupportable, et témoigne de méthodes tout à la fois tribales et sectaires.

Les Juifs n’ont pas le monopole de la persécution et les souffrances qu’ils ont subi ne sont pas plus inhumaines que celles subies par les autres peuples.

L’holocauste ou génocide juif de la dernière guerre mondiale, supposé avoir été perpétré par les nazi, n’a jamais été matériellement et scientifiquement démontré. Il n’est le fruit que d’une cascade de témoignages humains, eux-même basé sur d’autre témoignages et de « on dit ». En outre, le tribunal militaire de Nuremberg, dans son acte constitutif, exposait que l’accusation n’aurait pas à faire la preuve matérielle des témoignages à charge (sic !)

Ce génocide, apellé aussi « shoah », n’ayant pu être démontré de manière imparable, ces groupes de pressions ont été à la base de lois totalement iniques, interdisant toute recherche et questionnement sur ce sujet, sous peine d’être condamné au délit de « négation de crime contre l’humanité » …. dans le cas présent, négation d’un crime peut-être totalement imaginaire !

La vérité n’a jamais à craindre les recherches … par contre le mensonge oui !

Maintenant, le fait même de se questionner concernant ce sujet, est déjà considéré comme de « l’anti-sémitisme », par cette secte sioniste mafieuse et la galaxie d’associations et institutions qui les soutiennent.

Concernant Israël, c’est le seul pays au monde qui :

  • se fout des résolutions de l’ONU qui ne lui plaisent pas,
  • ne déclare rien de son arsenal nucléaire, donc illégal,
  • utilise des chasseurs bombardiers contre des civils
  • amnistie ses soldats lorsqu’ils commettent des crimes de sang froid.

Phi-Europe

Vers une 3ème guerre mondiale inéluctable ?

nucleaire

Sans vouloir céder au pessimisme, cette communication d’un prof de Fac, économiste reconnu, interpelle quelque peu. Cette thèse est écrite par l’économiste Jean-Hervé LORENZI, né le 24 juillet 1947, professeur à l’université Paris-Dauphine depuis 1992 (Master 218 Assurance et gestion du risque), président du Cercle des économistes, conseiller du directoire de la Compagnie Financière Edmond de Rothschild… On sait également que son cœur est plutôt à gauche….. Pessimiste ou réaliste, à vous de juger ses prédictions. Une Troisième guerre mondiale, d’une ampleur probablement égale ou supérieure aux deux p récédentes est en préparation et éclatera dans la première moitié de ce siècle. Voici pourquoi et voici quels seront ses protagonistes.

La guerre de 1914-1918 dont nous fêtons le centenaire et qui fut une catastrophe majeure pour l’Europe était prévisible bien des années auparavant. La Seconde guerre mondiale ne fut que son prolongement et, elle aussi, était prévisible dès la signature du Traité de Versailles et surtout dès l’arrivée de Hitler au pouvoir et du parti belliciste au Japon.

La Guerre froide (1945-1991) qui opposa les Alliés, sous direction américaine, au camp soviétique (et, partiellement communiste chinois) ressembla à un avortement. Parce que c’était un affrontement sans enjeux forts. L’URSS s’est effondrée comme un soufflet, sans violences. Pourquoi la guerre froide, communisme contre monde libre, n’a-t-elle jamais débouché sur une guerre chaude ? Parce qu’elle était idéologique et non ethnique, religieuse ou économique. Les trois ressorts passionnels et belliqueux de l’humanité, ceux qui donnent naissance aux guerres, sont le nationalisme ethnique, la religion et l’intérêt économique sous toutes ses formes. La sacralité et le matérialisme vital. (suite…)

USA: Nation perpétuellement en guerre !

war2-642x331

 

Ci-dessous, vous trouverez une chronologie de toutes les guerres menées par les États-Unis depuis l’année de leur fondation, 1776. 17 ans. C’est le nombre d’années durant lesquelles les États-Unis ont vécu en paix. Sur plus de deux siècles d’existence, ça ne pèse pas lourd. Pour vous donner une idée, si vous choisissez au hasard une année entre 1776 et 2015, il y a 92,88 % de chances que les États-Unis aient été en guerre au cours de l’année que vous avez choisie.  Aucun président étasunien n’est à proprement parler un « président de paix ». Tous les présidents des  États-Unis de l’Histoire peuvent être techniquement considérés comme des « présidents de guerre ». Il n’est jamais arrivé que les États-Unis passent plus d’une décennie sans participer à une guerre. La seule fois que les États-Unis ont passé cinq ans sans guerre (1935-1940), c’était durant la période isolationniste de la Grande Dépression.

(suite…)