Marion Sigaut parle du véritable Voltaire

Dans sa troisième émission pour Médias-Presse-Info TV, Marion Sigaut poursuit son offensive de réinformation à propos des mensonges propagés par les manuels scolaires utilisés par l’Éducation nationale. Elle revient cette fois-ci sur le résumé d’un cours destiné aux élèves préparant le baccalauréat professionnel. Dans ce résumé tout est faux, mensonger, biaisé, pour faire croire que Voltaire était un saint laïc et que l’Ancien Régime était pourri jusqu’à la moelle.
.

Napoléon Bonaparte

bonaparte

Henri Guillemin nous présente une série « culte » de 15 conférences, au travers desquelles, il traite de cet immense sujet qu’est Napoléon Bonaparte, depuis son enfance jusqu’à Saint Hélène. Comme beaucoup d’autres personnages historiques, portés par l’histoire officielle, nous découvrons ici un tout autre personnage. Moins auréaulé de gloire, au génie moins lumineux, et quelque peu instrument des grands marchands de son époque. Un Personnage qui dans tous les cas, ne laissera quiconque insensible, tant cette destinée fut hors du commun !

(suite…)

Depuis sa naissance, l’Amérique convoite et corrompt le monde

uncle-samle « libre-échange », stratégie d’annexion coloniale par l’économie et la corruption

Rapport d’un agent secret US, en mission au Canada, en 1864, dans le but d’imposer un accord de libre échange entre ce pays et les USA :

« Dans le but d’aider les mouvements partisans de l’annexion et du libre-échange au Canada, j’ai versé 5000 dollars à un rédacteur de journal, 5000 dollars à un procureur général, 5000 dollars à un inspecteur général et 15000 dollars à un député de l’Assemblée du Nouveau-Brunswick. J’ai pris par conséquent les mesures qu’exigeait la situation au Nouveau-Brunswick afin de modérer l’opposition et de tranquilliser l’opinion publique. J’ai réussi à me rendre à Fredricton avant la fin de la session de l’assemblée législative du NouveauBrunswick et ai ainsi évité tout débat sur la proposition de traité de libre-échange à l’étude ou sur toute autre mesure législative néfaste. J’ai dépensé plus de 100.000 dollars pour convaincre d’éminentes personnalités d’appuyer l’annexion du Canada par les États-Unis ou, sinon, le libre-échange avec les États-Unis. Mais cette somme n’est rien en comparaison des privilèges qui vont être obtenus de façon permanente et du pouvoir et de l’influence que cela donnera à jamais à notre Confédération » (3)

Isaac D. Andrews,
agent secret des États-Unis d’Amérique opérant dans le Nouveau Brunswick (Canada),
rapport transmis au Département d’État le 13 mai 1854 :

(suite…)