Dérèglement climatique en images

Janvier-Février 2015

Mars – avril 2015

Bactérie Xylella Fastidiosa: un cataclysme écologique en cours, dont personne ne parle !

XY_BACTERIE_Que se passerait-il si dans trois ans tous les oliviers, les plants maraîchers, les arbres fruitiers et les vignes, étaient morts ? Une gigantesque famine en Europe, et une dépendance de tout un continent ! Personne ne parle de cette catastrophe en cours, une espèce de « peste végétale » ! L’italie, première touchée est incapable depuis deux ans d’annihiler et de contenir cette catastrophe. Les corses sont forts inquiets et tentent d’avertir l’ensemble des décideurs Européens de cette menace.

XY_DESERTla situation alarmante des Pouilles : « de l’aveu des spécialistes, tout le bassin méditerranéen est menacé par la bactérie. Les barrières sanitaires actuelles que les autorités italiennes se révèleront, sans utilité tant les zones infectées sont déjà nombreuses. Quasiment la totalité des oliviers et autres végétaux y ont été infectés, nécrosés, désséchés… en une seule année ! Sans mesure opérationnelle, comme le confinement total, la quarantaine sévère, les contrôles rigoureux et l’arrachage massif : cette peste qui tue 200 espèces végétales, ce désert, pourrait s’étendre aux régions avoisinantes dans les prochains mois. Un scénario catastrophe probable selon les experts. Contre cette dissémination mortelle et ses insectes vecteurs (cicadelles), menaçant arbres fruitiers, plantes maraîchères, lauriers, vignes et chênes : il n’existe, à ce jour, aucun traitement scientifique. (suite…)

Epitaphe pour l’humanité

piem-la-terre-jusqu-au-trognonCette époque nous révèle une maladie mortelle dont l’humanité est frappée, et il n’y a aucun traitement. Cette maladie est endémique de l’homme et entre actuellement dans sa phase finale. « La bête » qui nous dévore est le système financier spéculatif mondialisé. Ce « golem moderne », issu de l’homme et qui s’est installé depuis une centaine d’années dans une logique de survie qui lui est propre …. Quitte à ce que l’humanité disparaisse. La bête se nourrit de « croissance » … Cette croissance des profits, issue de la cupidité propre à notre espèce, et qui ne peut exister que par une croissance sans limite des consommateurs, donc des humains …. La bête enfante ainsi du consommateur comme un fermier élèverait du « poulet de grain » ….. (suite…)

Fausse écologie: le contribuable finance les fortunes privées

eolienneLes éoliennes déguisées opération de « bien public », cachent en réalité une féroce prise d’intérêts, n’hésitant pas à tout corrompre sur son passage, ni détruire des paysages séculaires. L’Allemagne est la première visée par notre article, elle qui a renoncé au nucléaire, mais qui reprend sa production électrique par centrales thermiques: augmentant ainsi ses rejets de CO2. Cette même Allemagne qui compte installer à Gardane une usine thermo-électrique « écologique », en brûlant le bois de nos forets cévenoles ! Mais ce n’est pas tout, car l’Allemagne compte aussi parmi les plus gros industriels constructeurs et installateurs d’éoliennes (comme par hasard). Enfin, ce reportage montre également que non seulement l’éolien est nocif et peu producteur d’électricité, dont EDF est obligé de racheter la production, au double de son prix, mais que c’est au final le contribuable qui finance la fortune privée de ces industriels. Chacun trouvera ainsi sur sa note EDF, sous l’appellation hermétique de « CSPE » (‘Contribution au Service Public de l’Electricité !!« ), un supplément de facturation, car la facturation du courant électrique consommé ne doit probablement pas suffire à la voracité financière du système ? Réalisez que ce sont nos députés, de gauche comme de droite, qui ont eu le culot et le cynisme de laisser passer une loi si scélérate, dans votre dos ! Un jour viendra où ces pylônes monstrueux devront être abattus purement et simplement, nous ne voyons en fait que très peu d’alternatives, face à une industrie si inhumaine !  Voir le reportage suivant (suite…)

Le scandale de l’eau du robinet surchargée en sels d’aluminium

favrot

Dans la vidéo qui va suivre, vous allez voir un chercheur, Jean François Dartigues de l’INSERM Bordeaux, en 1998, déclarer aux termes d’une étude très poussée qu’une contenance en aluminium de plus de 100 micro-grammes par litres, multipliait par deux le risque de maladies neurovégétatives et en particulier d’Alzheimer. Un journaliste de France soir, Roger Lenglet, publie donc un article sur ce sujet. Le jour même de la parution, Bernard Kouchner, alors ministre de la santé, appelle Dartigues, et lui intime l’ordre de démentir ou tout au moins de minimiser ses déclarations, le soir même sur TF1. Ce qui fut fait. Son collègue, un autre chercheur, Guy Berthon, se souvient très bien de ce coup de fil et de son indignation d’alors. Il aurait même dit à son collègue: << Un chercheur n’a pas de comptes à rendre à un ministre mais à sa conscience >>. Bref, affaire enterrée provisoirement. Néanmoins, l’état commande une « étude de couverture » à l’AFSSA, étude qui certifie que rien ne justifie de changer la norme actuelle établie à 200 Micro-grammes. Sophie Legall, journaliste pugnace et courageuse, persiste dans son enquête et va interroger la directrice des risques sanitaires de l’AFSSA, Mme Marie Favrot, qui va s’enfermer dans un « ce n’est pas de notre ressort de dire si c’est dangereux ou pas ». Alors, sophie legall lui montre une analyse effectuée dans une commune de france et établissant le taux d’aluminium à 1.200 micro-grammes, soit six fois supérieur à la norme et 12 fois aux recommandations du chercheur … à ce stade: Mme Marie Favrot demande tout simplement de « couper l’émission » ! Belle attitude pour une responsable de santé publique ! Au final: pour que Mr Jean François Dartigues puisse conserver les crédits de son institut et que mme Marie Favrot garde sa place … tous deux sont prêts à étouffer leurs consciences et  collaborer avec l’infâmie, quitte à empoisonner ou rendre malade des millions de gens … Voilà où notre société en est arrivée. Il faut savoir enfin que si cela arrangeait l’état, et les lobbies qui l’instrumentalisent, ils pourraient tout à fait demander une étude bidon qui rehausserait le seuil de dangerosité à 1200 micro-grammes ! … et nous trouverions alors tout autant de fonctionnaires et de responsables publics qui trouveraient cela normal, baisseraient les yeux, en acceptant ainsi de vendre leur âme ! (suite…)

La centrale à biomasse de Gardanne menace les forêts cévenoles

centrale_de_gardanne-b179d-a5a17La compagnie E.ON veut mettre en fonctionnement une grande centrale électrique à biomasse, à Gardanne, dans les Bouches-du-Rhône. Mais il faudra aller chercher loin le bois lui servant de combustible. La menace est forte d’industrialiser la forêt cévenole, dans le Gard et en Lozère, selon IACAM.  E.ON, entreprise allemande, 3e groupe mondial du secteur de la distribution d’énergie [1], a reçu l’autorisation de reconvertir la centrale thermique de Gardanne (Bouches-du-Rhône) en centrale à biomasse. Ce projet, largement soutenu par l’État au travers d’un contrat d’approvisionnement sur vingt ans, constitue le plus important en France dans le domaine de l’énergie biomasse à ce jour (suite…)