Les juifs sont-ils des « cerveaux supérieurs » ?

La nouvelle mode est de considérer que si « l’immense majorité » des prix Nobel sont Juifs, cela démontre leur « supériorité ». (c’est à peu près le raisonnement des nazi avec l’homme « Arien ».)

L’explication est simple: 1) il faudrait savoir quel est le nombre de Juifs dans les jury de ces 100 dernières années, 2) Leur communauté ne cesse de promouvoir « les leurs », sans jamais parler des autres (sauf comme « collaborateurs). En outre, de nombreux scientifiques Juifs, y compris Einstein, se sont souvent approprié les travaux des autres.
Nikola Tesla était-il juif ?, Paul Langevin était-il Juif ? Max Planck était-il Juif ? Pierre et Marie Curie étaient-ils Juifs ? Lorenz était-il Juif ? Pascal et Léonard de Vinci étaient-ils Juifs ? Niels Bohr et Paul Dirac était-ils Juifs ? NON.!..et encore moins concernant les grands auteurs classiques ou compositeurs. Hugo, Shakespeare, Mozart ou Beethoven … et bien d’autres n’étaient pas Juifs !

Par contre la communauté Juive est extrêmement raciste envers les autres, et très efficace pour s’auto congratuler OU se plaindre. C’est un peuple à la mentalité tribale (les tribus d’Israël), et se comporte comme tel. Si Dieu avait donné l’intelligence aux Juifs et la bêtise aux « goys » …. Dieu serait alors raciste …. et je n’aime pas les racistes. (Célestes ou terrestres).
Si l’on écoute cette communauté très « auto-centrée », Platon aurait été Juif sans le savoir, Charlemagne, Napoléon et de Gaulle aussi très probablement. A ce stade, ce n’est plus de la « protection identitaire », c’est carrément du « racisme institutionnalisé ».Le plus grave, c’est que les jeunes générations Juives, sont élevées dans une vision tribale telle qu’on ne l’a jamais vu auparavant, et proche de l’éducation « mafieuse ». (lien du sang ou « e sang », lois internes propres, refus de « l’autre », élimination des « non conformes »)

Il faut donc considérer que nous n’avons probablement pas le même Dieu, entre Juifs et les Chrétiens. Le nôtre est bienveillant et ne fait pas de différences entre ses enfants !

 

Théorie de la synchronicité: Les causes source des effets, ou les effets fruits des intentions ?


Philippe Guillemant nous entraîne sur des sentiers métaphysiques où le temps n’existe pas, mais le libre arbitre, oui ! Le paradygme actuel se caractérise par le déterminisme et la causalité qui est elle aussi un postulat, intimement lié au premier. Le déterminisme consiste à dire que nous avons un futur unique car mécaniquement déterminé. La causalité consiste à dire que ce futur dépend exclusivement du passé. Tout est verrouillé à partir de là et il devient impossible d’admettre l’existence de l’âme. Pourtant, les progrès de la physique depuis un siècle nous montrent que cela ne tient pas debout. Pour deux raisons, dont une seule est vraiment bien connue.

  1. La première est le problème de la mesure en physique quantique. Hawking dit qu’on le résout en considérant que toutes les histoires possibles existent, ce qui voudrait dire que nous aurions des milliards de vies dans des mondes parallèles. C’est une sorte de pirouette insupportable. Je veux bien admettre que nos vies aient une infinité de variantes dans des mondes parallèles, mais je considère qu’un seul est vécu par nous tous.
  2. La deuxième raison est que « l’indéterminisme macroscopique » émerge de la physique classique elle-même, et c’est là le sujet central de ma recherche aujourd’hui, au laboratoire IUSTI2 du CNRS à Marseille.

Un excellent article complémentaire sur wikipédia

Et si l’on savait déjà prévenir les maladies dégénératives et les cancers ? : L’oeuvre Baîllonnée et méconnue du Dr André Gernez

imgresLes travaux du Docteur André GERNEZ, l’ont conduit à revisiter certains mécanismes fondamentaux du fonctionnement des cellules, et l’ont conduit à trouver des solutions préventives efficaces pour prévenir la plupart des maladies dégénératives connues: Alzheimer, Sclérose en plaque, Myopathie, Sclérose en place, Schizophrénie … et même cancer. Ce génie Médical Français a eu a souffrir de s’affronter aux « DOGMES » et de la « bien pensance » de la médecine dite officielle… Il est le père de la théorie des cellules souches,de la révision des dogmes du double cycle cellulaire, et et de la fixité neuronale. Le Dr Genez est mort le 8 Janvier 2014, après avoir légué une oeuvre aussi puissante que méconnue. En cela, il est à la biologie ce que Tesla fut à l’électricité. Lisez ci-après un bref résumé de sa carrière et de ses œuvres et surtout, visualisez cette vidéo-testament qu’il lègue aux praticiens du futur, comme l’espérance qu’il lègue aussi à l’humanité. Là encore, nous voyons la main noire de l’industrie pharmaceutique, plus encline aux traitements de la chronicité, ou récupérer des subventions de recherche, que de guérir les masses ! Je vous invite également à visiter le site de son association de soutien, riche de très nombreux textes et shémas explicatifs. (suite…)

L’infini à la mode

infini

 

Sur internet, une nouvelle mode se fait jour: Les calculs sur l’infini. Ainsi, voit-on des démonstrations telles que la somme: 1+2+4+8+16 … jusqu’à l’infini serait théoriquement et rigoureusement égale à -1  !?

En premier lieu,  il serait peut-être logique de douter éventuellement des axiomes fondateurs de nos raisonnements, plutôt que de faire cadre la réalité aux thèses « reconnues officiellement », quitte à penser de manière « auto-confusante ».

En second lieu, les calculs sur l’infini sont peut-être aussi la démonstration d’un malaise social et intellectuel, aux prises avec une réalité où le bon sens et la morale de notre monde fini, devient de plus en plus anxiogène.

En troisième lieu, un raisonnement concernant l’infini est aussi peu démontrable que les univers parallèles. Il est alors assez aisé de « briller » au moindre risque.

En quatrième lieu. Comment peut-on ne pas comprendre que l’infini est avant tout « indéfini », et réaliser qu’un calcul intégrant l’infini est non seulement la pirouette arrogante laissant entendre que l’on a parfaitement compris ce qui dépasse notre entendement, et que de ce fait, cela reviendrai à dire que 1+x = y … et que nous connaissons de ce fait la valeur de y !

Pour conclure sur cette question, apparemment plus importante que de résoudre la faim, la misère et la maladie en ce monde, on peut aussi démontrer, avec le référentiel adapté et « tordu » si possible, qu’un navet + un poireau = 2 carottes, que des droites parallèles finissent par se rejoindre à l’infini, et qu’un rat peut comprendre la mécanique quantique s’il regarde le tableau du chercheur avec suffisamment d’attention.

L’arrogance de l’homme n’a pas de limites et celui-ci ferait bien de se souvenir de concepts tels que « la caverne de Platon », le « paradoxe de Socrate », ou encore celui de la « flèche de Zénon », ayant pensé subtilement, il y a plus de 2 millénaires de cela, et qui devrait pousser tout intellectuel à bien plus d’humilité et de modestie. Pascal avait d’ailleurs répondu à l’un de ses élèves qui le questionnait sur la question de l’infini, que rien ne lui permettait de trouver un exemple pouvant se rapprocher de ce concept… si ce n’est la bêtise humaine !

Phi-Europe

Mirko Beljanski: un oncologue efficace, baîllonné par l’industrie pharmaceutique

arton27742-06117Monique Beljanski, femme de Mirko Beljanski, revient sur les méthodes inédites de son mari pour soigner et parfois guérir le cancer. Elle nous parle également de la tumultueuse histoire qui entoure cette recherche : diabolisation médiatique mais soutien de François Mitterrand, condamnation judiciaire mais défense par la Cour européenne des Droits de l’Homme… Encore une fois, la démonstration est faite que:

  1. les dogmes établis s’opposent à toutes recherches pouvant les remettre en cause
  2. l’industrie pharmaceutique élimine ce qui peut soigner massivement, à court terme, et de manière peu onéreuse, ce qui n’est pas rentable pour elles
  3. les chercheurs sont donc contraints à servir les Dogmes établis et non à découvrir ce que nous ignorons encore. Le chercheur moderne est donc plutôt devenu un « justifieur »
  4. le cancer est probablement et davantage un disfonctionnement cellulaire issu des conditions de notre environnement, plutôt que d’une conséquence « mutagène » de l’ADN. Mais là, ce seraient les politiques et les industries chimiques qui en seraient responsables, approche totalement inacceptable

La vidéo qui suit est encore une fois révélatrice de ces pratiques de « santé financière » par opposition à celle orientée vers l’apaisement de la souffrance humaine. Cette société qui préfèrera le médiator à l’aspirine.. en quelques sorte !

(suite…)

HIV: un virus toujours inobservé « in vivo », et de nombreux chercheurs doutent sur sa responsabilité dans le SIDA !

imgresIl est tout de même surprenant que le Pr Luc Montagnier, répondant à un journaliste qui lui demandait quels sont les moyens actuels de lutter contre le SIDA, affirme sans rire qu’une alimentation équilibrée et riche en anti-oxydant, pourrait suffire à ce qu’un organisme sain puisse se débarrasser de ce « virus »!?. La question est éminemment grave, car le SIDA pourrait être alors issu d’une cause totalement différente de celle d’un virus unique et encore inobservé in vivo à ce jour. Je rappelle que le Pr Montagnier a reçu le prix Nobel pour cette découverte. Le virus « HIV » est ainsi une manne invraisemblablement lucrative pour des laboratoires qui, n’ayant pas encore isolé l’agent pathogène, donc la cause de la maladie, se permettent par contre de vendre des tests et des traitements à vie, lesquels coûtent plus de 1000 Euros mensuels ! (suite…)