rickshaw2-banksyNous ne cessons d’entendre que « notre pays doit être réformé » … « qu’il faut plus de réformes » …. que « les réformes doivent être accélérées » Etc.. Etc… Est-ce à dire que la France fut un pays à ce point arriéré, qu’il fallait entreprendre de le rebâtir depuis ses fondations ? Est-ce à dire que ces « réformateurs » vont nous engendrer un pays de lait et de miel ?

Bien sûr que non ! Le sens du mot « réforme », dans la bouche du système, doit être entendu et compris comme « tout ce qui restreint les libertés individuelles, permet un contrôle accru des masses, et accroît les privilèges d’une certaine oligarchie  : Là .. on comprend bien mieux. L’objectif final des réformes, c’est 1 bol de riz par jour, pas de soins, et pas de retraite ! La devise de l’esclave futur, et qui aurait pu être celle de militaires par exemple, sera très certainement: << Servir ou Mourir >> (servir, non au sens d’une cause, mais à celui d’outil). On a même pu entendre dire (mais nous avons perdu la source), que << Vivre n’était pas un droit mais un privilège >> … cela en dit long ! Soyons clairs: ce qui se nomme « ultra-libéralisme » ou « ultra-conservatisme », n’est rien d’autre qu’une réminiscence d’instincts féodaux, déguisés en progrès ! (photo extraite d’un suberbe article à lire ici)

Les objectifs réellement poursuivis

imagesLes réformes successives des retraites, ne visent qu’un seul objectif très simple à comprendre: les abroger totalement ! Le vieux, n’étant plus productif, doit être à la charge des siens … ou bien mourir !

Les réformes liées au « coût du travail », ne visent rien d’autre qu’une sorte de rétablissement progressif du servage pour la seule survivance ! (et encore ! le coût du bol de riz étant à la charge du maître, ce dernier risque fort de leur demander d’imiter les plantes et de se nourrir du soleil) D’ailleurs, nous n’entendons ni ne constatons plus aucune activité syndicale réelle, lesquels ayant été au préalable corrompus et noyautés par le patronat. (on s’entends très bien lorsque l’on est son propre interlocuteur !). Les arguments souvent invoqués sont « la compétitivité » (avec des pays, dont l’Allemagne, utilisant massivement des travailleurs précaires et sous payés)

Les réformes de la protection sociale, poursuivent une évolution en deux temps: première phase, en déposséder les bénéficiaires « de souche », au profit des nouveaux esclaves d’importation, puis, dans une seconde phase, leur suppression pur et simple ! En effet, la logique ultra libérale veut que le faible et le malade meurent, afin que le fort survive (loi de la jungle)

Les réformes de l’éducation nationale, loin de promouvoir les savoirs, ne poursuivent qu’un seul et unique but: « formater l’esclave consentant du futur« , en lui faisant perdre la mémoire de son passé, son identité profonde, et sa capacité même à penser. C’est parceque l’on a pas encore réussi à faire penser les machines, que l’on robotise l’humain. Comme on le dit souvent en brocardant la vie militaire << Penser c’est déjà désobéir >> .. ici, les oligarques mafieux le prennent réellement au sens propre !

Les réformes militaires, poursuivent aussi un but ultime: la suppression pure et simple d’une armée qui pourrait défendre son peuple contre les tyrans, et la remplacer progressivement par celle, déjà formatée, des forces de l’empire…. voire même à privatiser cette fonction, et pourquoi pas rendre légal le mercenariat, comme au bon vieux temps féodal !

Etc . . .

.

D’autres « réformes » poursuivent des buts tout aussi inavouables

betail-humain.1182692149Réduisant les libertés individuelles, tout en augmentant la « surveillance globale »

Limitant la jouissance et la transmission de bien sainement acquis pas le travail et bientôt désignés comme « revenu du capital », comme s’il s’agissait de profits de multinationales. Mesures qui visent essentiellement en la « non transmission » inter-générationnelle de richesses, processus réservé à la seule élite oligarchique. Le pauvre ne doit pas transmettre … il doit consommer !

Privatisant les fonctions régaliennes, les services publics et même le domaine public lui-même. Selon la doctrine libérale, ce qui est privé fonctionnerait mieux et moins cher que ce qui est public…. Ceci est bien sûr totalement faux et inverse. La privatisation du bien commun n’est autre qu’une mise en esclavage de tous par le paiement de tout ! A terme, il est fort prévisible que l’air lui-même, propre et sain, soit vendu à ceux qui pourront se permettre de « respirer » … les autres, après avoir servi quelques temps, auront fatalement une durée de vie bien plus courte !

Rendant illégal la relation homme-nature, au travers de diverses mesures telles que:

  1. l’interdiction de la production potagère (ce n’est pas un gag, mais un projet de directive Européenne),
  2. l’interdiction de plantation de semences non stériles par les paysans (contrôle de la nourriture des esclaves futurs),
  3. L’interdiction des « remèdes de grand mère », au nom de la « santé publique », et
  4. polluer l’environnement, afin que nul ne puisse se réfugier dans les bras de la nature et ainsi échapper au système !

Etc . . .

.

 Nous avons aussi vu des tentatives de réformes, totalement aberrantes,

Ces mesures, retirées provisoirement car trop en avance, ressortiront à n’en pas douter :

imgresAutoriser les aides soignantes à pratiquer des actes de soins médicaux tels qu’intraveineuses,  prélèvements sanguins et administrer des médicaments … bref: se passer d’infirmières diplômées d’état !

Autoriser des vétérinaires, dans les lieux très isolés, à exercer la médecine humaine ! (sans commentaires ! )

Implanter des puces sous-cutanées, afin de tracer et contrôler le « bétail humain ». Présentées come des « facilités de paiements », ou encore pour ‘retrouver des enfants kidnappés », et même des « personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer », ce système ne convainc pas. Un projet est actuellement en cours en vue de « lutter contre les fraudes à l’assurance maladie » et de contraindre ainsi toute personne de porter cet implant … faute de quoi, elle serait non seulement « suspecte d’activités subversives », mais se placerait aussi, et du même coup, en dehors du système de santé … encore  » << Servir ou mourir >> (servir,encore une fois, non pas au sens d’une « cause », mais à celui « d’outil »).  Ce type de projet est déjà à l’Oeuvre aux états-unis ( Loi relative aux soins, référencé HR 3200 , qui a dernièrement été adopté par le congrès, page 1001 du projet) , sorte de mesure qui ne tardera pas à s’imposer en Europe !

Etc . . .

.

Le sujet pourrait être bien plus long, mais cette page donne ici des exemples suffisamment précis pour comprendre à quel point l’humanité s’est engagée dans une impasse, dont il faudra bien sortir un jour si nous souhaitons léguer un avenir d’hommes libres à nos descendants.

 

Phi Europe