USA: Nation perpétuellement en guerre !

war2-642x331

 

Ci-dessous, vous trouverez une chronologie de toutes les guerres menées par les États-Unis depuis l’année de leur fondation, 1776. 17 ans. C’est le nombre d’années durant lesquelles les États-Unis ont vécu en paix. Sur plus de deux siècles d’existence, ça ne pèse pas lourd. Pour vous donner une idée, si vous choisissez au hasard une année entre 1776 et 2015, il y a 92,88 % de chances que les États-Unis aient été en guerre au cours de l’année que vous avez choisie.  Aucun président étasunien n’est à proprement parler un « président de paix ». Tous les présidents des  États-Unis de l’Histoire peuvent être techniquement considérés comme des « présidents de guerre ». Il n’est jamais arrivé que les États-Unis passent plus d’une décennie sans participer à une guerre. La seule fois que les États-Unis ont passé cinq ans sans guerre (1935-1940), c’était durant la période isolationniste de la Grande Dépression.

(suite…)

Des bandits internationaux, déguisent leurs forfaits en « révolution populaire »

imgresMalgré un débit verbal, monopolisant la parole de cette émission, débat ressemblant davantage à une conférence, force est de constater que Michel COLLON nous assène ici une quantité invraisemblable de vérités. Michel collon nous montre que les mauveis garçons ne sont pas du côté que l’on pense%; Force est de constater que chaque guerre est  motivée en réalité par la cupidité et la comvoitise de profits futurs, et que tout ceci est en fait déguisé en « pseudo raisons humanitaires », dont la complicité active des médias se fait ainsi l’accolyte de l’innomable

(suite…)

L’empire est-il si déterminé qu’il pourrait aller « jusqu’au bout » ?

ob_c2839b_poutine-obama

Nous constatons tous que nous vivons actuellement un « bras de fer » de type eschatologique. L’empire anglo-saxon, représenté actuellement par les fanatiques de la city, de wall street et de Jerusalem, sont actuellement engagés dans une logique « jusqueboutiste », où il n’acceptera jamais de reculer, face à un bloc asiatique de « triple entente nucléaire » tel que « Russie/Chine/Inde », et qui lui aussi ne cèdera jamais à l’hégémonie dudit Empire à visée mondialiste. Il est donc clair, qu’il n’existe aucune médiation, entente, ou négociation possibles, lorsque l’un des deux camps souhaite persuader l’autre qu’un « marché équitable », est un « marché de dupes consenti », et qu’une « soumission inconditionnelle » est ce qu’il convient de nommer « démocratie ». L’article qui suit, publié par le site « la voix de la Russie, nous rappelle cette problématique de manière plus précise encore. Il nous pose aussi la question suivante: Si Hitler avait disposé de la bombe atomique en 1945, l’aurait-il utilisé pour vaincre ? ou y aurait-il renoncé, et accepté sa défaite, par souci humaniste ? Pour les mêmes raisons, peut-on imaginer cet empire acceptant, avec sagesse, son effondrement militaire et économique ? Nous pensons que non, mais qu’avant de lancer le grand « armagedon », la bataille ultime, ils enverront auparavant leurs alliés se faire détruire pour leur compte et en leur nom ! L’Europe est ainsi en première ligne d’un plan, pensé par des malades mentaux notoires et apparemment « immortels », tels que Zbignev Brzezinski, Henri Kissinger, Richard perle, Paul Wolfowitz, et autres Elisabeth II, malgré son apparence de « bonne petite grand mère des peuples ». . . (suite…)