Naissance d’un nouveau culte: l’église des « Charlies » !

Belle analyse de Claude Bourrinet du Boulevard voltaire et que nous relayons ci-dessous:

Eric Zemmour souligne le paradoxe du « soixante-huitisme » : il vainquit parce qu’il fut vaincu. Un peu comme Jésus-Christ, qui ressuscita le troisième jour après sa crucifixion. Comme le christianisme fut l’œuvre de saint Paul, qui place cette résurrection au cœur même de la nouvelle religion, on peut se demander si le charlisme, quelques lustres après l’Annonciation, dont l’« angelot » fut Cohn-Bendit, n’est pas l’Assomption de la « rebellitude » cléricalisée, la formule enfin trouvée par le messianisme libéral pour encadrer les ouailles postmodernisés, et obliger les récalcitrants à « entrer » : « Compelle intrare ! » disait saint Augustin, reprenant une parole de la Bible.

Voltaire eut son martyr : Calas. Plus tard, la gauche morale eut Dreyfus. Nous avons les Charlie, victimes, dans l’arène médiatique, de fauves sanguinaires.

L’Église charliste est donc née, avec ses cardinaux exhibant leur componction « tartuffarde » sur le pavé parisien, les défilés processionnaires encensés par les prêtres médiatiques, ses icônes porphyrogénètes, sa communion solennelle, ses messes, ses sermons télévisuels, son catéchisme scolaire, et même les inquisiteurs ubiquistes, qui alimentent, grâce à la diligence de zélés délateurs, les tribunaux de la sainte laïcité.
« Les idées perdront toujours leur procès contre les sensations », constatait avec perspicacité Antoine de Rivarol, explosant au passage la grotesque prétention des Lumières à régenter une société fabriquée de petites briques dotées de conscience rationnelle. La foule accouche de l’individu, non de la personne. (suite…)

Charlie « goes to hollywood »

1-5101-a3c5a

Nous relayons une partie d’un article paru sur le site de voltairenet.org, traitant du soutien international dont a bénéficié « charlie Hebdo », au travers de l’assassinat, certes abominable, de sa rédaction. :

L’invraisemblable campagne de presse conduite en France, au nom de la liberté d’expression, contre tous ceux qui se sont interrogés sur les attentats de janvier à Paris s’est progressivement étendue à tous les pays de l’Otan. Désormais, l’esprit critique est susceptible de devenir un délit et de conduire en prison.
En marge de la manifestation « Je suis Charlie » du 11 janvier 2015, 56 chefs d’État et de gouvernement se sont rassemblés dans une rue adjacente du cortège et ont posé quelques minutes devant les caméras avant de revenir chez eux. Sur la base de ces images, ils ont été présentés comme leaders d’une manifestation à laquelle ils ne se sont jamais joints. Les attentats de janvier 2015 en France ont donné lieu à une impressionnante manifestation (« Je suis Charlie ») et, immédiatement, à une campagne de dénonciation des auteurs qui s’interrogeaient sur leur signification. Presque tous les grands médias ont consacré des sujets ou des articles non pas à discuter les faits, mais à diaboliser ceux qui les discutaient.

La ligne de cette campagne a été explicitée par la directrice politique de la rédaction de France2, Nathalie Saint-Criq, venue expliquer au journal télévisé du 12 janvier : « C’est justement ceux qui ne sont pas “Charlie” qu’il faut repérer, ceux qui, dans certains établissements scolaires ont refusé la minute de silence, ceux qui “balancent” sur les réseaux sociaux et ceux qui ne voient pas en quoi ce combat est le leur. Eh bien ce sont eux que nous devons repérer, traiter, intégrer ou réintégrer dans la communauté nationale ».

Nathalie Saint-Cricq est la compagne de Patrice Duhamel qui fut Directeur général de France Télévisions chargé des antennes, c’est-à-dire censeur en chef du service public de télévision. Ce dernier est le frère de l’éditorialiste Alain Duhamel. Ces trois journalistes expriment depuis de longues années le consensus de la classe dirigeante française. (suite…)

Suicide d’un commissaire qui en savait peut-être trop sur l’affaire « Charlie Hebdo »

helricfredou

Le directeur adjoint du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Limoges, Helric Fredou, 44 ans, s’est donné la mort avec son arme de service dans la nuit de mercredi à jeudi alors qu’il se trouvait au sein des locaux de la police de Limoges, a-t-on appris de source policière.

Selon le quotidien Le Populaire du Centre, il travaillait sur une mission de la police judiciaire dans le cadre de l’affaire Charlie Hebdo, en liaison avec une « famille de victimes », domiciliée aux environs de « Châteauroux », et qui n’est autre que celle des parents de Jeannette Bougrab. Cette militante UMP qui affirme aujourd’hui avoir été la compagne du directeur assassiné de Charlie Hebdo. En fait, Helric Fredou devait rédiger un rapport au sujet de la relation supposée entre Stéphane Charbonnier dit « Charb », et Janette Bougrab, qui se présente comme la compagne de longue date du dessinateur !

Originaire de Limoges, Helric Fredou avait d’abord exercé à Versailles. Nommé commissaire en 2007, il avait exercé le poste de chef de la sûreté départementale de Haute-Vienne. Après un passage dans la Manche de 2010 à 2012, plus précisément à Cherbourg où il connaissait très bien le maire: un certain Bernard Cazeneuve ! il était revenu à Limoges, cette fois en tant que N.2 de la PJ. (suite…)

Une croisade contre les vôtres ne serait pas non plus un délit !

cazeneuve

 

Les Européens sont en danger de mort et doivent maintenant comprendre qu’ils sont dirigés par des monstres. Bernard Cazeneuve, ce ministre (avec un « m » minuscule, aussi minuscule que son sens de l’honneur), a tenu sur RTL, en août 2014, les propos suivants : « Ce n’est pas un délit de prôner le Djihad !? ».  Mais aussi, et sans plus de gêne, ni de honte, que: « Évoquer les racines chrétiennes de la France, c’est faire une relecture historique frelatée qui a rendu la France peu à peu nauséeuse » (et pourquoi pas « nauséabonde » puisque vous y étiez !)  Combien donc avez-vous été acheté pour incarner cette infâmie ? Nous plaignons votre famille, et n’aimerions pas être à la place de vos enfants ! Vous devez probablement savourer ce que vos propos ont engendrés, en ce jour où 12 innocents, même « bêtes et méchants », ont trouvé la mort dans cet attentat lâche contre le journal Charlie Hebdo ! En outre, votre histoire à dormir de bout, de tueurs froids et déterminés, perdant leur papiers d’identité, est une insulte grotesque, même pour le cerveau limité d’un supporter de football, sans compter un automobiliste braqué par ces mêmes tueurs, qui devaient changer de véhicule, et qui lui rendent fort aimablement son chien resté à l’arrière ! Les complices de ces infâmies: Journalistes des grands médias, Juges félons, et Politiciens corrompus, soutenant ouvertement l’Islam radical en France, favorisant son développement, et manifestant une « tolérance à ce point criminelle » qu’elle ne peut être que « complicité », tous ces gens donc, devront un jour ou l’autre subir le jugement du peuple!   (suite…)

Le système compte les siens, pour diaboliser les autres !

docile

 

Il faut des lois à la dictature, laquelle s’installe petit à petit, au point où elle compte maintenant ceux qui l’acceptent. Cet attentat sordide, (à notre sens commandité cyniquement par des « sphères supérieures »), n’a rien d’un terrorisme idéologique, mais ressemble fort à une opération de manipulation des masses. Le but de cette opération étant probablement de faire comprendre à la multitude qu’il n’y a désormais plus que deux solutions offertes: « se soumettre » ou bien « en payer le prix ». Cette même multitude, globalement naïve, et qui n’a pas compris le sens de ce qu’on leur demandait de faire, et qui ne fait pas d’ailleurs pas la différence entre « liberté d’expression » et « liberté d’opinion » ! Ainsi, ces mêmes gens sont en train d’accepter les futures lois liberticides et l’expression contrôlée, dans un cadre de censure et de poursuites judiciaires. Ceci, sans même en être réellement conscients. Nous verrons prochainement, dans notre pays, l’application d’un « patriot Act » à la Française. Une loi visant directement Internet est déjà en cours d’élaboration, considérant internet comme une « zone de non droit ! (Pour nous, la zone de non-droits est plutôt le « 93 », ses trafiquants de drogue agissant en toute impunité, et leurs parrain devenus politiciens qui les font travailler !). Déjà, de nombreux Français, s’exprimant sur les réseaux sociaux, sont en cours de poursuites, à des degrés variables, devant de véritables tribunaux staliniens. Le simple fait de dire, par exemple: « je suis charlie coulibaly », vous fait condamner, comme Dieudonné, pour « apologie du terrorisme », (alors même que Cazeneuve déclarant que « le Djihad n’est pas un délit », n’est quant à lui pas poursuivi pour ce même chef d’accusation !) A quand, donc, « l’archipel du goulag » dans le Larzac, pour tous ceux qui ne seraient pas des « charlots » ?… euh…des « charlies » ! Au final, seront à l’avenir considérés comme « terroristes », embasitillés ou administrativement persécutés, tous ceux qui oseront critiquer « le système », et ne pas rentrer dans le moule de « l’homme nouveau » (cela rappelle de sombres souvenirs !). Il s’agit donc bien ici d’une dictature de type Maoïste ou Stalinienne. Ni plus, ni moins !

Lire aussi: reinformation-TV sur ce point

Romain Goupil: « Il y a une ‘lepénisation’ de l’islam qui le rend terroriste » Ha Ha !

Romain Goupil, le trotskiste de la cia

(Phi-Europe accorde ce jour à Romain Goupil, le « gérard spécial » de l’argument politique le plus con du siècle) « Il y a une lepénisation de l’islam qui le rend terroriste », a dit Romain Goupil à la soirée d’hommage pour les victimes des attentats sur France 2. Précisons que l’homme, ancien trotskiste, a soutenu l’invasion de l’Irak en 2003 : a-t-il donc du sang sur les mains ? Jean-Luc Mélenchon a, quant à lui, osé déclarer que « Marine Le Pen fait partie du problème que nous avons à régler ». Plus tard, l’ancienne présidente du MEDEF, Laurence Parisot, n’a pas non plus hésité à attaquer le Front national, sur sa fantasmatique responsabilité dans les événements. Mieux : un éditorialiste de Libération a osé dire que les attentats avaient « la sale gueule de la victoire idéologique de Zemmour, Camus et Marine Le Pen ». Pourtant, je n’ai jamais vu Marine Le Pen se promener une kalachnikov à la main, ni de militants du Front national tuer gratuitement des innocents. Comme me le disait hier l’excellent Karim Ouchikh, en paraphrasant Guy Debord : « Avec le FN, le système a désigné sa figure politique du pire. Tout sera bon pour l’abattre, y compris l’outrance. » (suite…)

Charlie Hebdo: un 11 Septembre à la Française ?

119franComme dans toute affaire criminelle, il faut se poser la première question: « A qui peut bien profiter le crime ? ». L’attentat de « Charlie hebdo » pourrait très bien être l’équivalent Français, et en tous points semblable, de ce « choc émotionnel populaire », de ce « pearl harbor », souhaité par les néo-conservateurs Américains, et qui étrangement a bien eu lieu le 11 Septembre 2001. Ainsi, grâce à ce « choc émotionnel massif », très largement relayé en boucle par les médias « acquis », voici donc un pouvoir moribond, à 10% sous zéro, dont le Président et le 1er ministre voient soudainement leur cote de popularité monter. Un pouvoir moribond dont l’assemblée Nationale, soudainement devenue patriote en dépit des anti-Français notoires tels que Taubira et consorts, voit ses députés se lever pour entonner une « marseillaise » presque convaincante. Un pouvoir moribond bénéficiant d’une manifestation populaire massive, aux très forts accents de patriotisme et de drapeaux tricolores. Un pouvoir moribond, qui voulait licencier jusqu’au dernier militaire, mais qui à la demande du peuple, déploie en métropole plus de 11.000 soldats, pour rassurer la population. Voici donc notre hypothèse concernant les buts poursuivis : (suite…)