Le père de Manuel Valls meurt de rire en parlant de son fils !


.

VALLS au FN: « Jusqu’au bout je mènerait campagne pour vous stigmatiser ! »

Valls-HaineIl est des hommes dont l’autisme profond le dispute à la mauvaise foi. C’est le cas de ce premier ministre dont le comportement et les propos relèvent davantage du national socialisme fasciste, ou de la psychiatrie ! Vous aurez beau faire et beau dire. Vous aurez beau gesticuler et éructer. Vous aurez beau tenter de nous faire passer les vessies pour des lanternes, et de persuader le peuple qu’il est trop stupide pour décider par lui même. Vous aurez beau tenter de « sauver la France d’un péril » imaginaire, pour tenter de masquer que ce péril n’est autre que vous, et vos complices de l’UMP ! Depuis que vous êtes premier ministre, vous ne cessez de vous prendre pour une victime juive, et ne cessez d’appeler à la non stigmatisation de tous ceux qui ne respectent pas la France et sa culture ! Vous êtes la cheville ouvrière, avec votre prédécesseur Sarkozy, de la « discrimination positive », c’est à dire, en clair, du racisme anti Français, anti-blanc et anti-chrétien ! Vous détruisez la France en bon serviteur de vos maîtres dont c’est l’intérêt, mais tout se paie un jour, Mr Valls, et ceci n’est aucunement une menace, mais une promesse .. Soyez-en certain ! Votre insolence, vos insultes et votre mépris du peuple, et plus particulièrement du tiers de ses électeurs, que vous définissez comme des idées « démocrates » et « Républicaines » ? Nous, nous l’appelons de la dictature ! Vos propos hystériques et haineux, ne font que servir en réalité de démonstration de la justesse du combat du FN et des patriotes en général ! Nous n’avons qu’une seule chose à vous dire en conclusion. A vous et vos amis de l’UMP: TILT et GAME OVER !
.

Pour Valls: Le FN N’aimerait pas la France !

herr_vallsSuite à la motion de censure que son altesse tyrannique va devoir subir, suite au désaveu de ses amis qui ne sont pas prêts à le suivre en enfer, sous prétexte de solidarité gouvernementale, manu el toro, sent peut être sa mise à mort proche, dans l’ arène Parlementaire. Nous relayons ci-dessous un excellent articke de Gabriel Robin (Boulevard voltaire) !

Se muant une nouvelle fois en l’apologiste d’un front anti-national, Manuel Valls perd tout sens commun et déshonore sa fonction de Premier ministre. « Je crois que le Front national n’aime pas la France, que ses propositions détruiraient ce que nous sommes et la couperait encore une fois de son projet historique et de sa place en Europe et dans le monde », a déclaré, toute honte bue, le Premier ministre sociétaliste Manuel Valls. Se muant une nouvelle fois en l’apologiste d’un front anti-national, Manuel Valls perd tout sens commun et déshonore sa fonction de Premier ministre. Le Premier ministre s’inscrit dans la droite ligne de Nicolas Sarkozy en utilisant les plus hautes fonctions de l’État comme un tremplin pour mener campagne et idéologiser l’exercice du pouvoir. Il ne fait pas preuve de la retenue nécessaire à l’accomplissement de ses missions et méprise le parti qui mobilise aujourd’hui, sur son seul nom, le plus grand nombre d’électeurs.

UMP et PS aiment-ils la France alors qu’ils ont bradé nos souverainetés politique et monétaire aux institutions bruxelloises ? Aiment-ils la France quand ils ne prennent aucune mesure pour endiguer la terrible immigration de masse qui s’abat chaque année sur nos côtes ? Aiment-ils la France lorsqu’ils détricotent les programmes d’enseignement de l’histoire en réduisant au maximum les passages relatifs à nos grands hommes ? Aiment-ils la République et ses valeurs lorsqu’ils détruisent sans vergogne le principe méritocratique en prônant la discrimination dite « positive » sur des critères ethniques ? Aiment-ils la France lorsqu’ils laissent Coulibaly agir alors qu’il aurait dû être derrière les barreaux d’une prison ? Non, je ne le crois pas. (suite…)

Manuel Valls, ou l’histrionisme dictatorial

safe_image1

C’est la fonction même de Premier ministre qui est ridiculisée. Manuel Valls hurle comme un enfant roi, semble perdre le contrôle dans une Assemblée nationale devenue scène de théâtre d’une pitoyable bouffonnerie. « Jusqu’au bout je mènerai campagne pour vous stigmatiser et pour dire que vous n’êtes ni la République ni la France », s’époumone-t-il face à Marion Maréchal-Le Pen, qui lui reprochait à juste titre ses attaques outrancières à l’encontre du Front national. Depuis quand est-ce à un chef de gouvernement de « mener campagne » aux élections locales et de « stigmatiser » un parti adverse ? Tandis que la députée frontiste s’acquitte d’une intervention carrée, factuelle, Manuel Valls déplace comme à son habitude le débat sur le terrain de l’affect. Entourloupe classique des coquilles vides dépourvues d’arguments concrets, qui n’ont d’autre échappatoire que de culpabiliser l’interlocuteur pour le discréditer, et de se répandre en tirades lacrymales ou en prophéties apocalyptiques pour embobiner l’auditoire : « Votre politique mènerait le pays à la ruine en le sortant de l’euro ! », rugit-il entre deux spasmes, oubliant qu’un nombre croissant d’économistes préconisent de sortir de cette monnaie qui nous plombe depuis 2002, mais passons…
(suite…)

Non Valls: La France ne sera pas soluble dans l’immigration !

Valls-HaineIl est urgent de neutraliser ce gouvernement avant qu’il achève de dépecer notre libre-arbitre et notre qualité de vie. Manuel Valls nous prend ouvertement pour des buses. L’ancien maire d’un fief de la délinquance comme Évry ne peut pas ignorer que la mixité ethnique (dite « mixité sociale » en langage politicien) est un mythe. Elle n’a jamais fonctionné. À l’inverse, elle génère les tensions sociales et le nivellement par le bas. Quelques individus suffisent à ruiner l’harmonie d’un immeuble entier. À l’école, elle plombe le niveau scolaire et incite les plus fortunés à se tourner vers les établissements privés.

Combien de centaines de milliers de logements sociaux, attribués en priorité aux immigrés, va-t-il falloir encore ériger ? S’arrêtera-t-on quand plus aucune parcelle hexagonale n’aura été épargnée par cette frénésie « vivrensembliste » ? Dans le cadre de sa politique de peuplement, le Premier ministre prévoit de dynamiser leur construction hors des cités-ghettos, mais aussi d’orienter les demandeurs les plus pauvres vers des secteurs privilégiés. Une démarche en phase avec la Mairie de Paris, qui s’acharne à vouloir truffer de HLM les arrondissements aisés comme le 16e en transformant des immeubles vétustes préemptés.

Est-ce intelligent de loger des populations fauchées comme les blés dans des lieux où les commerces et le coût de la vie sont exorbitants ? Est-ce productif d’importer et de disséminer de la criminalité, de déprécier la valeur d’un quartier ? Est-ce opportun de faire cohabiter de force des résidents dont les modes de vie n’ont rien à voir ? Que Manuel Valls le veuille ou non, les humains sont ainsi faits qu’ils se regroupent par affinités culturelles, identitaires, intellectuelles. Ils ne sont pas des troupeaux de bétail qu’il va pouvoir s’amuser à déplacer à sa guise pour réaliser des coups de com’. Ce projet est d’une totale absurdité sociétale, économique et politique ; la tiers-mondisation en marche, le saccage généralisé du territoire à des fins électoralistes. (suite…)

Le vrai visage de Manuel Valls

2Q==En moins de trois ans, Manuel Valls est passé de l’anonymat (5,6 % lors de primaire socialiste de 2011) à Matignon. L’histoire de Manuel Valls est une espèce de bluff très largement reconstruit : Issu de la plus haute bourgeoisie catalane par son père et d’une famille suisse enrichie dans le trafic de l’or par sa mère, ce fils d’un célèbre peintre catalan nullement anti-franquiste a grandi dans un milieu huppé, dans une maison située en face de l’île Saint-Louis. Ce qui lui a permis de fréquenter le gratin des beaux-arts mais aussi de la politique. Dès ses 18 ans, alors qu’il n’était même pas encore naturalisé français, il a passé un accord secret avec deux camarades au très brillant avenir : Stéphane Fouks, aujourd’hui pape des communicants socialistes et responsable du CRIF, et Alain Bauer, ancien Grand Maître du Grand Orient de France. Son ascension doit beaucoup à ces deux hommes avec lesquels il est demeuré étroitement lié. Le nouveau Premier ministre est aussi l’incarnation même du nouveau Parti socialiste tel que défini par son think tank Terra Nova : un pur apparatchik rompu aux jeux d’appareil, à la fois « boboïsé », social-démocrate modéré en apparence mais surtout haineux vis-à-vis de ses adversaires politiques, prêt à toutes les compromissions avec les milieux sarközystes recentrés, libéral rallié au mondialisme, à l’européisme, au métissage et au multiculturalisme. (suite…)